Lola Gonzàlez développe depuis plusieurs années une pratique artistique qui se matérialise sous la forme de vidéos et de performances à travers lesquelles elle dépeint le sort d’un groupe d’individus d’une même génération, la sienne. Les récits fictifs qu’elle élabore constituent des points d’observation et d’interrogation des désirs collectifs, des relations affectives ou encore des sentiments intimes et partagés de ces jeunes gens qui évoluent  dans un monde aux contours flous. Dans des atmosphères oniriques, caractérisées par des paysages naturels et l’isolement des protagonistes, se déploient des intrigues atemporelles dont l’opacité révèle l’ambiguïté et les enjeux troubles du passé et devenir de cette communauté. Les scénarios de l’artiste forment les outils par lesquels elle sonde les dynamiques de groupe, les règles, rôles et aspirations qui y sont en jeu.

Pour prologue, Lola Gonzàlez présente le film Summer Camp, 2015, qui sera montré lors de la séance de projection organisée à KADIST.  Cette vidéo de 9 minutes nous rend témoins de l’entraînement physique et psychologique d’un groupe d’homme qui dans une maison se préparent pour une action imprévisible. La liste interminable de prénoms masculins et féminins inscrits sur les murs, cités et chantés par les  membres  du  groupe  au  cours  de leurs exercices évoque le recensement d’individus pratiqué dans de nombreuses sociétés et au cours de l’Histoire et à des fins diverses. L’artiste fusionne un langage militaire et religieux qui accentue le sentiment d’incertitude face à l’action en cours et à venir.

Le travail de Lola Gonzàlez a été montré dans de nombreuses institutions  à  l’échelle nationale et internationale. Elle a eu des expositions personnelles, récemment au MuMo2 – Musée Mobile (2019) ; FRAC – Fonds régional d’art contemporain Île-de-France, Le Plateau, hors-les-murs, Paris (2019) ; Temple Bar Gallery + Studios, Dublin (2018) ; Musée d’art Contemporain de Lyon (2017). Elle  a  également  participé  à  des  expositions  collectives dans de nombreuses institutions, parmi lesquelles la Villa Médicis, Rome (2019) ; FRAC – Fonds régional d’art contemporain Poitou-Charentes, Angoulême (2018) ; CAFA Art Museum, Beijing (2017). En 2016 l’artiste a remporté le Prix Meurice pour l’art contemporain. Son travail fait partie des collections du FRAC – Fonds régional d’art contemporain Île-de-France, et de l’IAC – Institut d’Art Contemporain Villeurbanne, KADIST, Paris.

Image : Lola Gonzàlez, Summer camp, vidéo couleur HD, stéréo, 9 min, 2015 Courtesy de l’artiste ; de la galerie Marcelle Alix & collection KADIST.