Le travail de Ibrahim Mahama se développe à partir de la récupération de biens de consommation qui deviennent les outils d’une analyse des migrations passées et actuelles, de la mondialisation et des échanges économiques internationaux. La toile de jute, élément récurrent dans la pratique de l’artiste, apparaît comme un témoin des logiques économiques qui régissent les rapports entre des pays. Importée d’Asie du Sud et omniprésente au Ghana, elle est utilisée dans le transport de marchandises lourdes puis recyclée et à des fins utilitaires diverses. En collaboration avec des publics variés, l’artiste réalise avec ces toiles des installations à grande échelle qui viennent recouvrir l’intérieur ou l’extérieur d’un édifice qui, dès lors, se charge des histoires individuelles et répercussions sociales d’un système d’échange globalisé impactant les économies locales, nationales et internationales.

Pour prologue, Ibrahim Mahama poursuivra sa série d’Occupations. L’artiste recouvrira les murs de l’espace d’exposition de sacs de toile de jute. Cette installation immersive cristallise les trajectoires collectives et individuelles, historiques et récentes générées par un marché mondial. L’espace d’exposition n’est dès lors plus le réceptacle neutre de l’œuvre mais se confond avec elle, qui en épousant toutes les formes de son architecture,  se confond réciproquement avec l’espace. L’usage et la fonction de l’espace d’exposition fusionnent avec ceux de l’œuvre soulignant par là l’inscription de la galerie dans un flux d’échanges culturel, économique et international. Le visiteur devient par sa présence dans l’espace, spectateur de ces échanges internationaux, auditeur d’une histoire locale et internationale contée par ces objets à la fois témoins et acteurs.

Le travail de Ibrahim Mahama a fait l’objet de nombreuses expositions à l’échelle internationale. Récemment il a présenté des expositions personnelles au Norval Foundation, Le Cap (2019) ; daad galerie, Berlin (2018) ; White Cube Bermondsey, Londres (2017) ; Tel Aviv Art Museum (2016). Il a également participé a un grand nombre de manifestations internationales parmi les plus récentes : Pavillon du Ghana, 58ème Biennale de Venise (2019) ; Hammer Museum, Los Angeles (2019) ; Museu de Arte de Sao Paulo (2018) ; Documenta 14, Athènes et Kassel (2017) ; Kunsthal Charlottenborg, Copenhague (2016) ; 56ème Biennale de Venise (2015) ; The Broad Art Museum, Michigan (2015).

Image : Ibrahim Mahama, Check Point Sekondi Loco. 1901-2030. 2016-2017 documenta 14. Kassel, Allemagne. © Ibrahim Mahama / Courtesy l’artiste