Les oeuvres de Gabriele Rendina Cattani, mêlant art visuel, art sonore et art performatif, sont un travail de digestion du monde dans lesquelles l’artiste interroge le statut et la catégorisation des choses. Habitué au field recording, capturant tous azimut ce qui l’entoure, puis transformant, découpant ces sons milliseconde par milliseconde – mâchant   le réel, Rendina Cattani construit un monde à la fois hybride et symbolique, dans lequel les corps apparemment inactifs de ses performeurs, supports aux  équipements  techniques dans un jeu de rôles inversés, se révèlent à nous. Une confrontation qui nous renvoie à la perception de notre propre corps et à l’influence d’une surcharge allégorique sur nos identités.

Avec une oeuvre multiforme, dispersée dans les différents étages de la Cité internationale des arts – Site de Montmartre, Gabriele Rendina Cattani poursuit pour prologue sa série de performances MAGNUS OPUS sur la thématique de la confession et sur la notion de valeur, soit la dissolution d’un être en or.  Ce processus fait écho à la démarche globale de l’artiste qui s’emploie à une métamorphose du réel dans un double mouvement d’expansion et de synthèse. MAGNUS OPUS reprend et incarne ainsi l’iconographie théologique et les textes des traités alchimiques Ars Memorandi de Peter  aus  Rosenheim  (1507),  ceux de The Twelve Keys (Duodecim Clavibus) de Johan Tölbe (1618), en les altérant avec des images personnelles, parfois intimes, dans une volonté active de transformation et de quête existentielle. Un rituel, ou plutôt une omnivore liturgie, qui est une ode au destin minéral de tout être vivant et aux processus de perpétuelle d’extraction de soi. Gabriele Rendina Cattani présente également au sein de la Galerie Allen une pépite d’or, résultat de l’une de ses performances alchimiques. Une pépite d’or – ersatz non encore raffinée – en latence     de sa prochaine dissolution, nième mastication, résidu/redondance d’un  geste  auquel  on n’a plus accès.

Performeurs : Filipo Aparo von Flue, Balthazar Heisch, Chiara Percivati & invités.

Le travail de Gabriele Rendina Cattani a été présenté au sein d’institutions telles que BASE Milano, Milan (2019) ; Hek – Haus der elektronischen Künste Basel, Bâle (2018) ; Teatrum Botanicum, Parco Arte Vivente, Turin (2018) ; Fondazione Spinola Banna per l’Arte, Poirino, Italie (2018) ; Center of Integration, Tirana  (2018)  ;  Cité  internationale  des  arts –  Site de Montmartre, Paris (2018) ; Magasins Généraux, Paris (2018) ;  Musée  national  des Arts asiatiques – Guimet, paris (2018) ; Musée de Minéralogie des Mines, Paris (2017) ; Fondazione Prada, Venise (2014) et au MACRO – Museo d’Arte Contemporeana di Roma, Rome (2013). En parallèle, Gabriele Rendina Cattani est membre des collectifs curatoriaux RepertorioZero et ALMARE. Il est actuellement étudiant à la Städelschule de Francfort.

Image : Gabriele Rendina Cattani, Magnum Opus: Part I, vidéo, son et performance, Die Form des Klangs, cur. Boris Magrini, HeK – Haus der elektronischen Künste, Basel, 2018 Performeurs: Balthazar Heisch © HeK – Haus der elektronischen Künste / Courtesy l’artiste.