Incluant sculpture, vidéo, performance et texte, le travail d’Ève Chabanon – toujours collaboratif – dissèque des contextes sociaux et des communautés données afin de questionner leurs influences sur l’identité. L’artiste collabore principalement avec des populations sous représentées, exclues ou marginalisées  et  des  scolaires.  Sous  la  forme de l’enquête voire même de l’expérimentation, Ève Chabanon utilise l’écriture et la fiction comme des outils pour approcher le réel, libérer la parole et désarmer les  tabous.  Son travail est toujours un prétexte à la rencontre dans la volonté de trouver et de construire ensemble des solutions alternatives, du moins reprendre possession des règles sociales à travers le jeu/je.

Pour prologue, Ève Chabanon présente sa vidéo Antisocial Social Club, 2018, au sein du programme de projections et discussion à KADIST. Cette vidéo teaser, en plus de capter l’essence de la performance du même titre réalisée dans le cadre de sa résidence à White House, Londres, est un prétexte à la discussion avec l’artiste pour évoquer ensemble les notions de dépossession et de coalition. Questionnant les liens entre  la  performance, la vidéo et la trace performative, Antisocial social club est avant tout une tentative de briser     les tabous d’une vie en communauté dans une banlieue londonienne en pleine mutation.      La performance invite donc les habitants de la ville – dans toutes leurs diversités – à se   réunir ensemble dans l’hôtel de ville afin de remettre en scène un débat public, où chaque voix peut enfin être entendue sur les problématiques  sociales  et  individuelles  liées  à  la ville, au pays et à l’Histoire contemporaine. Contre la peur de l’Autre et pour l’affirmation de soi, cette performance est l’expérience d’une table rase collective dans le but d’examiner à travers la fiction nos automatismes, les déconstruire et réimaginer de nouvelles manières d’être et de vivre ensemble.

Le travail d’Ève Chabanon a récemment été exposé à Lafayette Anticipations, Paris (2019); FRAC – Fonds régional d’art contemporain Grand Large, Hauts-de-France, Dunkerque (2019) D.O.C., Paris (2018)  ;  Diep-Haven  Festival, ONCA  Gallery, Brighton  (2018)  ;  Palais de Tokyo, Paris (2017) ; South London Gallery, London (2017). Elle a été lauréate du 9ème prix Science Po pour l’art contemporain en 2018 avec sa vidéo Antisocial Social Club et a été sélectionnée par l’Institut français pour la résidence Te Whare Hera, Wellington, Nouvelle-Zélande. En 2020, elle aura sa première exposition personnelle en France à Bétonsalon, Paris.

Image : Ève Chabanon, Antisocial Social Club, ep1 The Chamber of the Dispossessed, performance, Dagenham, 2017 © Gyte Gavenaite / Courtesy de l’artsite & ASSC.