Abdul Abdullah est un artiste d’origine australo-malaysienne qui interroge la politisation des identités marginalisées. À travers le portrait, la peinture, la photographie, la vidéo, l’installation et la performance, Abdullah tente de déconstruire la représentation d’autrui telle qu’elle se manifeste dans nos cultures contemporaines. Il travaille principalement avec des groupes de jeunes musulmans et des collectifs artistiques en Australie et en Asie du Sud-Est afin d’explorer différents degrés et formes de stigmatisation. L’artiste soulève certains mécanismes invisibles et pourtant intégrés dans l’idéologie même d’une langue qui comprend certains symptômes langagiers de la réalité virtuelle dans la construction de la subjectivé.

Pour prologue, Abdullah transforme cette exploration idéologique et symbolique en installation avec Hierarchies où nous nous retrouvons surveillés et soumis au profilage dès que l’on intègre l’espace d’exposition. Par le biais d’une caméra et d’un écran sensible au mouvement, l’image en temps réel d’une personne est diffusée, accompagnée d’une description protocolaire pré-enregistrée qui s’affiche à l’écran. Le texte décrit les aspects physiques de la personne captée par le dispositif. D’abord nous pensons être face à un stratagème humoristique de l’artiste, mais rapidement nous prenons conscience de l’enjeu : l’équipement et les logiciels acquis mobilisés par l’artiste sont déjà en usage expérimental dans de nombreux espaces publics à travers monde. Ici, un langage algorithmique entièrement construit par l’homme épuise la complexité et la multiplicité des êtres humains, réduisant leurs capacités et potentialités à leurs attributs physiques et perceptibles.

Le travail d’Abdul Abdullah a été exposé dans le cadre d’expositions personnelles à l’international notamment avec la Yavuz Gallery pour Art Basel Hong Kong (2019) et Singapour (2018) ; Lisa Fehily Contemporary Art, Sydney Contemporary Carriageworks (2017) ; UNSW Galleries, Sydney (2017) ; Chasm Gallery, New York (2015). Il a également participé à de nombreuses expositions collectives, entre autres à l’Artspace, Sydney (2019) Te Uru Waitakere Contemporary Gallery, Auckland (2018) ; Galerie Oqbo, Berlin (2018) ; MAIIAM Contemporary Art Museum, Chiang Mai (2018). Il a été finaliste pour le pavilion australien à la Biennale de Venise (2018), le Guirguis New Art Prize (2017) et le Prix Sulman (2017). Son travail fait entre autres partie des collections du Queensland Gallery of Modern Art – GOMA ; National Gallery of Australia, Canberra ; Artbank, Sydney ; Islamic Museum of Australia, Melbourne ; Campbelltown Arts Centre, Nouvelle-Galles du Sud ; Bendigo Art Gallery, Victoria.

Image : Adbul Abdullah, Hierarchies, concept visuel, 2019 Courtesy l’artiste.